Dans sa folie et son inconscience, l’homme aura finalement exploité les ressources de sa planète bien au-delà du raisonnable. L’Amazonie n’aura pas échappé ici à la règle, fragmentée par des milliers d’exploitations forestières que les gouvernements successifs n’auront pas endiguées. L’Amazonie constitue à elle seule la moitié des forêts tropicales de la planète. Sa surface n’a cessé de décroître depuis plusieurs décennies. Les raisons qui poussent à déboiser cette forêt sont multiples – l’élevage bovin demeurant la cause première, suivie de l’exploitation agricole du soja et de la palme. Des solutions existent cependant afin de protéger cet environnement pour les générations futures. Ainsi, la forêt colombienne dispose à présent des mêmes droits légaux qu’un être humain. L’initiative en revient à la Cour suprême colombienne : cette dernière a en effet donné raison le 5 avril 2018 à un groupe de 25 enfants qui ont attaqué le gouvernement, accusé de ne pas protéger leurs droits à la vie et à un environnement sain, obligeant ainsi l’État à un devoir de protection, de conservation, d’entretien et de restauration de la forêt.