D’immenses champs d’éoliennes hélicoïdales d’un nouveau genre se dressent au large d’une côte, fournissant son énergie au continent, alors que d’antiques stations pétrolières abandonnées, rongées par le sel, sombrent progressivement sur la côte. Bien plus au nord encore, au large des côtes groenlandaises, loin des zones de pêches et des zones habitées, des milliers de ces éoliennes profitent des vents catabatiques, bien plus puissants et constants que sur nos côtes européennes, pour fournir en électricité de nombreuses unités d’électrolyse de l’eau produisant de l’hydrogène à destination du continent européen. Datant de l’époque où la fonte des glaces avait aiguisé les appétits de certaines nations nordiques en ressources fossiles, les ruines des installations pétrolières en cours de démantèlement, visibles à l’horizon témoignent quant à elles de la fin définitive d’une époque où les êtres humains ne juraient que par l’exploitation abusive du sous-sol qui avait conduit à de nombreuses tensions géopolitiques sur tout le pourtour arctique.