Il est beaucoup question de croissance dans notre monde, un terme utilisé régulièrement par nos dirigeants et journalistes comme indicateur de bonne santé de notre société. Mais qu’en est-il vraiment ? Dans un monde fini comme l’est une planète, la croissance, par définition, ne peut être infinie. La croissance démographique se poursuit à un rythme inquiétant. Si nous n’étions que 2,5 milliards d’habitants en 1950, le chiffre d’une stabilisation à 10 milliards d’habitants est de plus en plus avancé d’ici 2100. C’est en tout cas ce qui ressort de diverses projections pour la fin de ce siècle, avec une explosion démographique attendue notamment en Afrique dans les prochaines décennies. Inutile de dire que la croissance de la consommation ne pourra suivre un tel rythme, lorsque l’on sait que la planète ne suffit déjà plus à répondre aux besoins actuels. Il est donc nécessaire de définir ce que l’on entend par croissance. Car la croissance peut être souhaitable, notamment si elle fait référence au niveau de vie ou encore au BIB (Bonheur intérieur brut, ou indicateur du vivre mieux).