Seule la partie supérieure de la statue de la Liberté émerge des eaux de l’Atlantique qui, depuis longtemps, ont englouti Liberty Island et Manhattan. La submersion de New York relève déjà de l’actualité, et la ville est obligée de commencer à mettre en place des projets pharaoniques pour protéger l’immense mégalopole. C’est ainsi que suite au passage de l’ouragan Sandy, qui avait ravagé en 2012 les rives de New York, du New Jersey et de Long Island, Michael Bloomberg, alors maire de la ville, avait lancé de premières discussions avec le consortium Venezia Nuova, à l’origine du projet MOSE protégeant la cité lacustre. Objectif : adapter le projet italien, développé pour contrer la montée du niveau de l’Adriatique, à la baie de New York. Deux ans plus tard, près d’un milliard de dollars étaient débloqués pour un premier réaménagement des rives, avec le lancement de six vastes projets urbains. Le plus imposant d’entre eux concerne la création d’une nouvelle ceinture urbaine de 16 km allant de la 57e rue, sur les bords de l’Hudson, à Battery Park, la pointe sud de Manhattan, puis remontant jusqu’à la 42e rue le long de l’East River. Des berges aménagées y seront édifiées en guise de barrières de protection. Une digue verra également le jour le long de la rive sud de Staten Island, et des quartiers de résilience mis en place à Hoboken.