Intensification des pluies diluviennes dans l’hémisphère Nord, crues et inondations. Une vaste simulation sollicitant près de 90 000 ordinateurs publics initiée par l’université d’Oxford a mis en évidence que les émissions de gaz à effet de serre avaient doublé les risques de pluies diluviennes ces dernières décennies. Londres demeure, dans ce scénario, particulièrement menacée, le système d’écluses de la Thames Barrier, construit pour dompter la Tamise, ne suffisant plus à faire face à ces événements de plus en plus violents, et de plus, aggravés par l’artificialisation erratique des territoires, qui imperméabilise les sols au fil des ans.