Multiplication des phénomènes de canicule et de sécheresse, entraînant des incendies de grande ampleur. L’Europe se retrouve touchée par des feux de forêt incontrôlables sur le pourtour méditerranéen. Des études menées par les chercheurs de Météo-France mettent en évidence une augmentation des risques liés aux incendies de forêt depuis les années 1960, augmentation qui devrait se poursuivre au cours du xxie siècle. L’augmentation des températures favorise la transpiration des plantes tout en faisant diminuer la quantité d’eau présente dans les sols. Ce phénomène d’assèchement de la végétation augmente les risques de départ de feux, tout en accroissant la quantité de combustible disponible. Cependant, pour corréler distinctement l’augmentation des feux avec le changement climatique, les chercheurs utilisent l’IFM (Indice forêt météo), développé au Canada dans les années 1970 pour estimer les risques météorologiques de feu en tenant compte de sa probabilité d’éclosion et de son potentiel de propagation. Dans le cadre de la mission interministérielle sur l’extension des zones sensibles aux incendies, Météo-France a mis en évidence une progression de 30 % de l’IFM moyen à l’horizon 2040 par rapport à la période 1961-2000.