PRÉSENTATION

Fondé en 2008 à Metz par le prospectiviste français Yannick Monget, le groupe Symbiom vit initialement le jour parallèlement à l’apparition de menaces de plus en plus évidentes liées à l’impact des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et sur nos civilisations elles-mêmes.

DÉCOUVRIR

Quand Arts & Sciences sensibilisent aux enjeux du siècle

Originellement, Symbiom développa son activité au travers de l’expertise en prospective grâce aux technologies d’infographie numérique. Cette approche visuelle, adaptée à la science est portée aujourd’hui par notre structure SYMBIOM ARTS & SCIENCES. Cette approche permet avant tout de mieux faire comprendre les enjeux du siècle, menaces comme espoirs, par le biais de l’imagerie photo-réaliste. Ce travail de simulation, réalisé en coordination avec de nombreux experts avec qui nous collaborons est aujourd’hui régulièrement utilisé par les médias du monde entier, les institutions, les collectivités, ou encore le monde de l’éducation dans le but de permettre au plus grand nombre de mieux appréhender les récentes découvertes de la science.

EDUCATION

Symbiom Arts & Sciences

GOUVERNANCE

Comité Symbiom

De la nécessité d’une véritable insurrection des consciences

Bénéficiant du soutien et de l’implication d’un grand nombre de personnalités reconnues internationalement pour leur implication dans la défense de l’environnement ou des causes telles que la promotion de la paix, Yannick Monget a souhaité doter le groupe d’un prestigieux comité d’éthique. Avec l’aide et le soutien de plusieurs amis au premier rang duquel le botaniste Jean-Marie Pelt mais également de l’avocate et ancienne ministre française de l’environnement Corinne Lepage, de l’astronaute Jean-François Clervoy, de l’architecte Jacques Rougerie de l’aviateur Gérard Feldzer, de la sociologue Nathalie Meusy, il commença à mettre en place les fondations de ce qui devint récemment une entité à part entière au sein de Symbiom. Ce groupe de réflexion, œuvre aujourd’hui pour une gouvernance éthique de notre société. Apportant un regard, une analyse et une expertise nouvelle sur les nécessaires mutations à apporter à nos systèmes et choix politiques, cette démarche s’inscrit dans le constat d’une évidente dichotomie entre d’une part, la puissance technologique acquise ces dernières décennies par l’humanité, et d’autre part la dangereuse carence éthique morale et philosophique de nos modes de gouvernance.